Le rappel doit être appris dès le plus jeune âge en construisant la relation amicale. Le chien doit avoir très envie de revenir. Le renforcement par la récompense est primordial dans cet apprentissage. Toute la communication est corporelle. Il faut se montrer particulièrement attractif.   

• S’accroupir et appeler le chiot quand il est encore tout près en tapotant les mains au sol

• Récompenser abondamment le chiot dès qu’il revient

• Relancer le chiot à s’éloigner en lançant un jouet à proximité puis recommencer à l’appeler et l’inciter à rapporter le jouet.

• Lancer le jouet progressivement de plus en plus loin.

• Ne pas attendre que le chiot se fatigue et ne revienne plus pour stopper l’exercice

• En dehors du jeu de rapport de jouet, appeler le chien quand il n’est pas trop loin au début puis augmenter progressivement la distance de rappel.

• Ne pas se mettre en situation d’échec au départ en appelant le chien quand il démarre  très  vite  et  part  sur  une  proie  très  attractive. L’appeler quand il commence déjà à venir vous voir, puis quand il est immobile et vous regarde, puis quand il est un peu plus occupé, etc.

• Répéter l’exercice plusieurs dizaines de fois dans une journée

• Commencer les exercices en zone calme et sans événement susceptible de distraire le chien et rendre votre rappel inefficace. Démarrer les exercices dans le salon, le garage, ou le jardin.

• Attendre que l’exercice soit très performant avant de le compliquer.

• Utiliser progressivement un objet faisant un bruit sec et strident (sifflet) pour appeler le chien au lieu de la voix, pour que l’efficacité soit la même à grande distance.

• La distance et la distractibilité sont deux difficultés à travailler séparément. Commencer par augmenter la distance avant d’augmenter  les  stimulations périphériques.

• Travailler le rappel en même temps que la mise en place de la relation amicale à la maison, afin d’être un excellent référent positif pour le chien.

• Plus la distance augmente, plus la récompense à l’arrivée doit être forte.

• Si le chien tarde à revenir, ne pas perdre patience, mais le récompenser encore plus chaleureusement à son retour.

• Ne jamais punir le chien en situation de rappel, même s’il ne revient pas.

• Utiliser éventuellement une longe (cordelette de 5 à 10m) et laisser le chien s’éloigner un peu puis le rappeler. Si le chien ne revient pas mais continue en sens inverse, tirer légèrement d’un coup sec pour le stopper (stimulus disruptif et non punitif) et attirer son attention, puis l’appeler à nouveau très joyeusement.

• Eviter de rappeler le chien uniquement en fin de promenade au moment où l’on va le remettre en laisse. Il associerait le rappel à un bridage donc une punition et tardera à revenir.

• Exiger un retour complet et non une approche à distance, en récompensant le chien uniquement quand il est tout près du maître. Si le maître dit « c’est bien » trop tôt, le chien repart aussitôt. L’erreur est à de courser le chien à ce moment.

• Varier les personnes qui rappellent le chien et diversifier les lieux de façon à généraliser la performance de l’exercice en toute situation.

Toujours vous rappeler : Le chien est opportuniste, il ira TOUJOURS là où c'est le plus intéressant pour lui. Vous voulez qu'il revienne ? soyez plus attractif que les stimulations qui l'entourent !

Si il ne revient pas parce qu'il a vu un lapin dans la prairie, Vous aurez du mal à être plus attractif que le lapin. D'où l'intérêt de travailler sans stimulations trop fortes autour dans un premier temps.

 

Toujours vous rappeler aussi : le chien se sent bien et en sécurité près de vous. Si, lors de promenade sans laisse, il ne vous voit plus, le chien va être anxieux et fera tout pour se rapprocher de vous. Il est donc possible de s'en servir pour le rappel. Si vous voyez qu'il s'éloigne, partez à l'opposé, le chien vous voyant partir de l'autre côté, va faire demi tour pour se rapprocher de vous. Si le chien est loin et ne vous voit plus, ça ne sert à rien de faire demi tour.