Elevage de la prairie des enjoués

Jean-Dominique Brasseur

EDUCA PATTE

NISHKA *

Flûte amérindienne - musique de guérison et d'apaisement
00:00 / 00:00

Jeune femelle labrador choco provenant DES VALLEES DE GALWAY, NISHKA est née le 17 mai 2017 de J'ACCUSE L'AMOUR DE CHANTEMELSE (père) et de FILE DE LA DIAMOND DU CHAI (mère). Elle m'a permis de goûter aux joies de posséder un chiot à la maison. Le mot "joie" peut prendre plusieurs significations dans ce contexte. Les joies de partager une aventure extraordinaire avec toutes les bourrasques et les tempêtes que la vie nous propose tel un bouquet de parfums aux 1000 effluves. En plus de mon travail passionnel en tant qu'éducateur comportementaliste canin et mes autres chiens de compagnie Farwest et Stella, Nishka a pris une place d'honneur de par sa vivacité, ses drôleries de jeunesse et sa capacité à s'adapter à la vie des humains. C'est avec une énergie qui paraît sans fond qu'elle passa sa première année à jouer avec ses congénères tel un marathonien. Du petit York au terre neuve, en passant par toutes sortes de races ou de croisements que j'ai pu garder en pension, Nishka a gagné une socialisation des plus extraordinaires. Voulant faire partager les joies de cette amour de chienne à certains d'entre vous, je trouvais judicieux qu'elle puisse nous offrir une portée afin d'ouvrir un nouveau chapitre à cette magnifique aventure.

* Les Nishka étaient une tribu amérindienne ayant immigré dans le nord du Canada sur les contrées du Labrador et des Terres Neuves. D'où le thème de cette page. Merci à Patricia Rogier qui est à l'origine de cette proposition de nom, devenant ainsi sa Marraine officielle. La musique que vous entendez est une flûte amérindienne, une musique de guérison pour calmer le stress, l'anxiété et les angoisses, soulageant ainsi les états dépressifs. La flûte se mélange aux clapotis de l'eau et le chant des oiseaux. Ainsi toute la nature nous apaise

FARWEST

FARWEST est à l'origine de tout ce que j'ai entrepris ces dernières années. C'est l'élément déclencheur de mon engagement professionnel dans le monde canin. Acquis en 2010 à 6 mois, FARWEST, par son attention à mon égard, m'a fait découvrir ce qu'est une relation de complicité. Depuis ces premiers moments, le labrador chocolat restera pour moi un chien à part. Aujourd'hui elle a 9 ans, elle est très équilibrée et m'accompagne avec les chiens en difficulté de communication. Elle me soutient donc dans mon travail d'éducateur comportementaliste. Je n'abuse pas de ses compétences pour tenir compte de son bien-être. Même si normalement, tout chien bien dans ses pattes est capable de gérer ses approches intraspécifiques (ce n'est point un don exceptionnel mais une communication naturelle entre chiens). Un chien qui n'a pas été socialisé avec ses congénères montrera de la méfiance ou de la crainte envers eux. FARWEST, en les rencontrant, est capable de les ignorer afin de les mettre à l'aise. Elle intervient aussi occasionnellement dans des centres spécialisés pour des enfants autistes. Je suis toujours effaré de la capacité d'adaptation dont elle est capable. Elle est pour moi "exceptionnelle". C'est parce qu'elle est "exceptionnelle" que j'ai entrepris d'acquérir NISHKA et de lui faire avoir une portée de petits chocolats "exceptionnels". L'une et l'autre m'enrichissent professionnellement et dans la vie de tous les jours. Je souhaite à tous de connaître cette richesse de vie qui, par ce partage et cette complicité interspécifique, me donne une belle leçon de vie.

UN NOBLE RETRIEVER

Le Labrador est un chien remarquable par sa vitalité, sa gentillesse, sa joie de vivre et sa fidélité. Personne ne peut être insensible à ce chien à l’allure robuste et au regard doux. Le Labrador ne pense qu’à s’amuser même s’il est un parfait compagnon d’assistance pour les personnes à mobilité réduite ou non voyantes. C’est aussi un excellent animal de compagnie pour les enfants et il s’adapte très bien à la vie en ville à partir du moment où ses maîtres lui permettent de dépenser son énergie à l’occasion de longues balades quotidiennes.

 

Le labrador est un chien qui a été introduit en Angleterre au début du 19e siècle et dont les ancêtres, les "chiens de Saint-John’s", proviennent de l’île de Terre-Neuve au Canada. Très habile pour aller récupérer les gibiers d’eau, le Labrador a d'abord été utilisé par les Anglais pour chasser. Il est arrivé en France à la fin du 19e siècle où il est aujourd’hui l’un des chiens les plus appréciés. Il peut être de couleur noire, jaune ou chocolat. C’est aussi la race la plus populaire dans le monde.

 

Le Labrador est reconnu comme l’un des chiens les plus intelligents et au caractère exceptionnel. C’est pourquoi le Labrador est utilisé comme chien d’assistance auprès des personnes handicapées et des aveugles en particulier. Son très bon odorat et son intelligence en font aussi un chien apprécié des services de police et de secours. Le Labrador est doux, affectueux, sociable et très attaché à ses maîtres. Il est le compagnon idéal des enfants, mais aussi des adultes. Les personnes âgées apprécient sa grande gentillesse et sa patience. C’est un chien qui s’adapte parfaitement à la vie en ville à condition de pouvoir lui faire faire de l’exercice, dont il a besoin tous les jours. Le Labrador est aussi un très bon chien de garde et il accepte volontiers la compagnie d’autres animaux.

Quand il est jeune, le Labrador peut se montrer turbulent et fougueux d’où la nécessité de bien l’éduquer très tôt en connaissant ses besoins spécifiques pour savoir le canaliser. Les méthodes éducatives doivent impérativement tenir compte de son bien-être  et seront exclusivement positives. Sans réel danger pour les enfants, il faut néanmoins surveiller le Labrador qui ne pense qu’à jouer et qui par cette fougue peut bousculer des tout-petits enfants à cause de sa force et de son énergie. 

Le Labrador a besoin de la présence humaine pour qui il voue une véritable admiration. C’est un chien qui demande beaucoup d’affection et qui déteste la solitude. Idéal pour développer une complicité avec vous, il appréciera toujours les balades extérieures en votre compagnie. De par ses origines de chien rapporteur de gibier d’eau, le Labrador adore le contact avec l’eau et apprécie quand il peut se baigner régulièrement.

L’un des rares défauts du Labrador est sa gourmandise. Et comme il a tendance à prendre facilement du poids, son alimentation doit être soigneusement contrôlée quand il est adulte. La nourriture naturelle à base de viande crue, comme dans notre élevage, lui garantit une alimentation équilibrée.

La tornade choco à la maison

          Vous avez pris un chiot labrador parce qu'il était mignon, avait une bonne bouille, des yeux craquants ? Bienvenue au club ! Vous aimez le changement de rythme de vie ? De l'action à la maison ? De la compagnie 25h sur 24 ? Alors bravo vous avez fait le bon choix ! Maintenant, si vous avez encore des doutes, lisez ce qui suit.

          Le labrador chiot va vous occuper. Il demande beaucoup d'attentions et d'interactions car il aime ça. Alors il vous demandera du temps. Si vous travaillez 10 heures par jour dans un bureau, faire partie d'une famille nombreuse est souhaitable pour que le conjoint, enfants ou grands parents prennent le relais. Si ce n'est pas le cas, il faudra gérer votre emploi du temps différemment ou revoir vos projets d'acquisition d'un chiot.

          Le chiot, pendant ses 3 premiers mois va découvrir le monde avec une grande curiosité. Il découvre toutes les textures avec les dents. Il a donc un besoin masticatoire quotidien. A vous de lui laisser des doudous ou différents objets à mastiquer pour éviter qu'il ne s'entraine sur la télécommande, les chaussons, le rechargeur du smartphone ou les accoudoirs du canapé cuir. Le sortir pour aller à la rencontre des humains, des chiens, des différents environnements que constituent votre quotidien. C'est la socialisation. Tout ce que le chien aura vu, fréquenté, approché, sera connu donc sans danger pour lui. Attention à éviter l'immersion qui peut le terroriser s'il est d'un tempérament plutôt timide. Exemple : l'amener en milieu urbain bruyant brutalement alors qu'il ne connait que le milieu rural. Le chien est un animal auquel on demande de vivre dans un monde d'humain, il faut qu'il s'y habitue. Plus vous l'amenez progressivement dans votre milieu et plus il sera bien dans ses patounes. Alors vous aurez un chien avec lequel vous pourrez tout partager et ainsi développer une complicité qui va vous épanouir, vous et le chien.

          Certains chiots sont rapidement propres à la maison, pour d'autres, ça prend un peu plus de temps En ce qui concerne le labrador, il va falloir être patient les 6 premiers mois. Bien renforcer les bons comportements  (féliciter le pipi en extérieur) et ignorer complètement le pipi intérieur (si j'y porte de l'attention, je renforce involontairement ce que je ne souhaite pas qu'il fasse).

          Le labrador est un chien canapé. "La force tranquille" : slogan de la campagne présidentielle de François Mitterrand qui possédait un labrador. Mais chiot, il est assez dynamique et plein de ressources. Attendez au moins 15 mois pour voir un comportement s'assagir. Je donne cette info pour ceux d'entre vous qui se poseraient la question : Mais quand est-ce que ça s'arrête ?

            Vous l'aurez compris. Avec un chiot, on ne s'ennuie pas. Il découvrira votre monde avec ses grands yeux et vous découvrirez le sien de la même façon. Armez-vous de patience et ainsi une relation spéciale s'installera entre vous, apportant la richesse d'une complicité entre deux êtres vivants dans deux mondes si différents. A vous d'y construire des passerelles.

Pour un bon départ avec mon chiot...

 

Les recommandations ici présentes sont basées sur une éducation respectueuse des méthodes positives. Toute interaction homme / chien doit se faire dans la complicité.

Il n'est nul besoin d'avoir un rapport de force où l'un doit dominer l'autre.

Je ne suis pas un chien et le chien n'est pas un animal de meute mais un animal social

qui a l'intelligence pour s'adapter à la société dans laquelle il vit.

La propreté.

          Je le sors fréquemment pour ses besoins et je reste patient le temps qu'il ait la capacité de se retenir plus longtemps. Ce n'est qu'un bébé. Je le sors au moins toutes les 2 heures pour commencer, puis j'espace petit à petit. Le chiot, les premières semaines, aura envie de faire pipi dans les secondes qui suivent le dodo, le jeu et la prise de nourriture.

Les besoins vitaux : nourriture et eau.

          Le chien est un carnivore à tendance omnivore. Ayant vécu plus de 15 000 ans avec nous, il s'est adapté et tolère notre nourriture. Mais il reste avant tout un carnivore. J'adapte donc sa nourriture en conséquence. 3 repas par jour jusqu'à 6 mois puis 2 repas ensuite. L'eau doit rester à volonté disponible de jour comme de nuit fraiche et propre.

 

La socialisation.

          Je le promène tous les jours et je le laisse observer son nouvel environnement pour qu'il s'en imprègne. Je ne lui en montre pas trop d'un coup, cela doit se faire progressivement. Je vais à son rythme et je ne le force jamais. Plus il rencontre des humains différents, des animaux, le bruit de notre société urbaine et plus il sera à l'aise dans notre société.

Obligations sanitaires : vaccins - vermifuges.

          Quand le chiot a 3 mois, je dois effectuer le rappel de tous les vaccins réalisés à l'élevage. On y rajoutera le vaccin contre la rage si je dois camper en vacances, aller en club canin ou voyager à l'étranger. Le vaccin de "la toux du chenil" est nécessaire si vous devez laisser votre chien en pension en présence d'autres chiens. Les chiots doivent être vermifugés tous les mois jusqu'à 6 mois, ensuite tous les 3 mois.

Une éducation dans le respect.

          J'entretiens une relation harmonieuse : je met l'accent sur les bons comportements en le félicitant chaleureusement et j'ignore ou je détourne ceux qui me gênent dans la mesure du possible. Je lui apprends des comportements alternatifs.

Un besoin masticatoire.

          Je mets des jouets à sa disposition pour qu'il apprenne à s'occuper tout seul et qu'il puisse satisfaire ses besoins masticatoires, mais je pense surtout à alterner les jouets. En lui donnant des jouets de différentes textures, j'évite ainsi qu'il fasse ses dents sur mon mobilier.

Manipulation quotidienne.

          Je l'habitue à être manipulé en toute confiance pour faciliter l'entretien et les soins au quotidien. Je lui apprends sous forme de jeux et sans le forcer pour lui apprendre à aimer ça ou au moins à tolérer.

Une relation complice.

          Je lui apprends de nouvelles choses, je fais des activités intéressantes pour renforcer notre relation et améliorer ses capacités cognitives. Je lui donne également l'occasion de rencontrer des congénères adultes calmes qui sauront lui montrer l'exemple à suivre..

 

Solitude et indépendance.

          Le chiot a vécu avec sa mère et ses frères et sœurs jusqu'à ce que je le kidnappe soudainement. Je ne le laisse pas seul brutalement en le laissant pleurer. Je le prends avec moi les premières nuits. Je lui apprends à rester seul progressivement, lui donnant de quoi s'occuper pendant mes absences. Ainsi je dédramatise les départs et  il trouve le temps moins long.

Les besoins naturels du chiot.

          Je pense à bien respecter et combler ses besoins naturels pour éviter de voir apparaitre des comportements gênants liés à un manque.

Je prends les bons réflexes

 

Mythes & légendes

 

Je dois le punir et lui mettre le nez dedans pour qu'il comprenne.

          A part le traumatiser, il n'aura pas la capacité d'associer votre comportement au fait qu'il fasse ses besoins au mauvais endroit. En revanche, plus vous y ajouterez d'incompréhension et de stress et plus il sera susceptible de recommencer.

Je dois le prendre par le cou et le retourner sur le dos.

          La mère du chiot, contrairement aux croyances, n'a jamais pris son chiot de la sorte pour lui infliger une punition ou le remettre en place. Au contraire, elle le manipule toujours précautionneusement. Le fait de plaquer un chien sur le dos au sol est synonyme de mise à mort. Cela ne fait qu''occasionner  un stress important.

Je dois être le chef de meute.

          Outre le fait que le fonctionnement hiérarchique est un concept discutable chez le chien, vous êtes un humain et lui un chien, vous ne formez donc pas une meute. Devenez un ami, un référent, un guide, un partenaire, un humain de confiance. Privilégiez la coopération à la soumission.

.

Mon chien est dominant 

Mon chien veut dominer

          C'est une affirmation, souvent loin de la réalité, qui empêche de prêter attention aux véritables motivations du chien. La dominance n'est pas un trait de caractère. 

En le castrant, il sera moins dominant.

          En castrant votre chien, vous calmerez ces ardeurs face à une chienne en chaleur et limiterez les fugues provoquées par leur présence dans votre quartier. Mais en aucun cas cela ne l'empêchera de fuguer pour d'autres raisons olfactives comme un lièvre ou un congénère. Et en aucun cas il serait plus ou moins dominant pour les raisons citées plus haut.

Il a de l'espace, le jardin c'est suffisant.

          Tous les chiens ont besoin d'explorer de nouveaux lieux, de nouvelles odeurs et d'être stimulés. Ils ont besoin d'un minimum d'une sortie par jour en dehors de leur jardin pour leur bien-être.

Il sait qu'il a fait une bêtise, je le vois dans son comportement.

          Le concept de bêtise est étranger au chien et le regard coupable dont il fait preuve a plus souvent à voir avec votre comportement qu'avec la notion d'avoir fait quelque chose de "mal".

.

Il fait ça pour se venger ou pour nous embêter.

          Comme pour la bêtise, le chien ne connait pas la vengeance. Les dégradations sont la conséquence d'ennui, de stress ou de frustration. Ils sont simplement l'expression d'un mal-être.

 

MFEC.jpg

Ces textes sont inspirés des fascicules publiés par le MFEC (Mouvement professionnel Francophone des Educateurs de Chiens de compagnie)

Pour réserver un(e) petit(e) enjoué(e)

 

Nishka est actuellement en gestation et les chiots devraient naitre début février pour être disponible à l'adoption mi avril 2020. Les réservations sont donc actuellement ouvertes. des arrhes (300 euros par chèque) représentant 30% du prix total (1000 euros) sont demandés pour confirmer la réservation. Ils ne seront encaissables qu'après la naissance des petits enjoués et ne seront pas remboursables en cas de désistement. La décision de prendre un chiot doit être un acte réfléchi, ce n'est ni un jouet ni une peluche mais un être fragile doté de sensibilité.

En aucun cas un enjoué ne devra se retrouver à la SPA ou autre refuge. Si vous deviez malheureusement vous en séparer, ramenez le à l'élevage, nous vous rembourserons le prix déduit des arrhes non remboursable : 700 euros si vous ramenez le chien dans les 4 mois qui suit l'adoption, 500 euros dans les 6 mois et 300 euros au delà jusqu'à 2 ans.

Chaque Chiot est inscrit au LOF exclusivement sous l'affixe

"de la prairie des enjoués"

 

Ils sont vendus 1000 Euros, pucés, vaccinés et disponibles

à partir de 2 mois et demi (10 semaines)

 

Parents contrôlés contre la dysplasie de hanches, de coudes et tares oculaires

 
Chaque enjoué est vendu avec :

- un acte de vente

- un carnet de santé

- une carte d'identification

- une attestation de bonne santé

- des conseils sur la race, les soins et l'éducation

- un suivi personnel en tant qu'éducateur comportementaliste