Méthodes éducatives

          Savoir éduquer c'est savoir communiquer avec son chien. Lui, ne vous comprend pas et vous non plus. Et pourtant, vous aimeriez qu'il obéisse à votre parole. A priori, cela ne paraît pas si simple. Alors chacun y va de sa méthode. La plus répandue de ces dernières décennies et la plus critiquée aujourd'hui est la méthode traditionnelle. Le chien a un mauvais comportement, on le sanctionne (Petits coups de laisse, collier étrangleur et/ou à piques, collier électrique, des boites de gravillons jetées à côté de lui, voire des sanctions physiques). Puis on récompense dès que le comportement désiré est obtenu. Seulement, le chien apprend sous la contrainte. Un rapport de force ainsi établi ne favorise en rien une relation saine et détendue entre vous et l'animal. Souvent, les éducateurs utilisant cette méthode, y associent une relation de hiérarchie "dominant-dominé" (rendu aujourd'hui caduque par les observations de nombreux éthologues et pourtant encore enseignée dans 80% des professions animalières : éducateur, éleveur, vétérinaire, etc). Le chien doit se soumettre à son maître et son épanouissement sera bien pauvre. Obéissant, il sera le plus souvent les oreilles rabattues et la queue basse car habité par la crainte. Ces méthodes fonctionnent mais, comme vous pouvez vous en douter, elles ne tiennent pas compte des émotions et du bien-être du chien. Nous pouvons aujourd'hui éduquer avec respect notre animal en utilisant des méthodes plus appropriées.

Renforcement positif - Punition négative R+P-

          Les méthodes douces et naturelles s'appuyant essentiellement sur le renforcement positif, n'utilisent aucune contrainte physique ou psychique. Sans pour autant faire preuve de laxisme. Ce sont les méthodes que vous me verrez utiliser constamment. Comment ça marche ?

          Le chien n'obéit pas : Il n'aura aucune réprimande. On l'ignore tout simplement. C'est ce qu'on appelle la punition négative car on lui enlève tout plaisir en l'ignorant (lui tourner le dos, ne pas lui parler ni le regarder. Ne montrer aucun intérêt pour lui) ou en l'isolant (pièce peu attractive). Son environnement doit être pauvre. Il n'aura donc aucun intérêt à reproduire ce comportement indésirable s'il n'y trouve aucun plaisir. Une autre possibilité sera de détourner le chien du comportement non voulu. On remplace le comportement indésirable par une action qu'on lui demandera.

              Le chien obéit : on va le récompenser fortement ; friandises, caresses, le son de notre voix, notre faciès (sourire, yeux pétillants), notre attitude générale à la fête. C'est ce qu'on appelle le renforcement positif. La récompense doit être forte pour que le chien ait un intérêt à choisir le bon comportement. Et cela sans avoir besoin d'une sanction pour qu'il s'exécute. Le chien est opportuniste. Il ira ou fera toujours ce qui est le plus intéressant pour lui. Il décide lui-même de l'action à suivre et le fera avec grand plaisir. Il sera donc à la fête et une complicité s'installe entre nous.

Les 20 recommandations

d'Educa Patte

À faire

La friandise... mais pas que !

             Dans le renforcement positif, on choisit souvent la friandise (bien plus appétente que la simple croquette) car souvent les chiens sont gourmands. Par contre, d'autres seront joueurs, on préfèrera alors le jouet, une balle, un bâton. D'autres, peut-être plus câlins, la caresse paraîtra plus appropriée. Il convient donc d'adapter ses récompenses en fonction des goûts, des préférences et du caractère de votre chien.

          La friandise doit être petite, pour ne pas rassasier le chien et doit pouvoir se manger vite pendant les séances d'éducation (saucisses knacki, dés de jambon, croutes de fromage, lardons naturels non salés, friandises sèches, etc). Elle sera présentée systématiquement à chaque fois que l'exercice est répété. Quand l'exercice sera compris et le vocabulaire utilisé bien associé à l'exercice, alors nous donnerons la friandise une fois sur deux, puis une fois sur cinq, puis remplacerons la friandise par une récompense verbale ou tactile comme la caresse. Une fois l'exercice assimilé, la friandise ne reviendra que sporadiquement pour la surprise. Pensez à diversifier vos friandises, votre chien n'en sera que plus étonné si les goûts sont variés. Personnellement je mélange différentes friandises qui ont le don de le surprendre à chaque fois. Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège du leurre. Exemple : je montre la friandise de loin à mon chien et l'appelle au pied. Dans ce cas, le chien ne revient pas pour moi mais pour la friandise. Par contre, si je ne montre pas la friandise et que je l'appelle de manière très attractive par ma façon d'être, il revient pour moi. La friandise n'arrive qu'après et renforcera le bon comportement ciblé qui est de revenir vers moi.

Ma méthode 100% positive !

          Le bien-être du chien passe avant tout. Si j'y suis attentif à chaque instant, je peux dire que mon éducation est positive. Pour être 100% positif, quelque soit le chien, sa race, son problème social ou autre, il faut l'être au quotidien. On ne peut pas l'être seulement quand ça nous arrange. On l'est ou on ne l'est pas. Quand j'ai commencé dans cette voie, je me souviens avoir pensé : il faut absolument que je travaille sur un chien agressif pour voir si la méthode positive fonctionne. J'ai vite compris que le chien agressif n'existait pas. Il donne seulement une réponse agressive suite à un inconfort important comme la frayeur ou la douleur. Enlevons cet inconfort et le chien perd cette réponse violente. Dans tous les cas, pas de solutions miracles. Pour tout chien traumatisé par des événements violents, la désensibilisation et le (re)conditionnement doivent être travaillés en respectant son bien-être. Effectivement c'est toujours plus long mais la patience, la douceur et l'écoute font parti intégrante de cette méthode.

J'en ai fait mon mode de vie.

  • Être calme, constant et patient.

  • Lui parler sans hausser la voix, votre chien n'est pas sourd.

  • Toute action de votre part ou comportement proposé tiendra compte de son bien-être.

  • Ignorer tout comportement gênant. Lui porter un intérêt à ce moment précis, c'est le récompenser.

  • le "NON" doit toujours être suivi d'une action à accomplir pour remplacer ce qu'il était en train de faire. C'est le détournement d'un comportement.

  • Être logique, ne pas interdire une chose un jour et l'autoriser le lendemain. Le chien a besoin d'un cadre.

  • Ne pas hésiter à parler à son chien. Il comprend les mots qui sont répétées en rituel : on va manger ? on va se promener ? Tout dialogue avec lui nourrira votre complicité.

  • 5 minutes suffisent pour mettre mon chien à l'isolement (pièce peu attractive) et ainsi stopper un comportement.

  • Des séances d'éducation courtes pour ne pas stresser le chien. 15mn le matin, le midi et le soir.

  • N'associer un ordre vocal qu'après exécution de l'action désirée. Une fois acquis, le comportement s'exécute à l'ordre vocal.

À ne pas faire

  • Ne pas crier sur son chien. En élevant la voix, le chien obéit sous la crainte et votre relation se dégrade.

  • Ne pas se contredire dans les ordres demandés.

  • Ne pas faire de renforcement involontaire.(encourager involontairement un mauvais comportement).

  • Ne pas ignorer le chien si son bien-être doit en souffrir. Adaptez votre mode de punition négative à sa sensibilité.

  • Ne pas marcher avec une laisse tendue. Le chien croit que c'est ce qu'on lui demande : tirer.

  • Ne pas se crisper et tendre la laisse quand on croise un autre chien. Impossibilité de communication inter espèce.

  • Ne pas mettre le chien en situation d'échec. Toujours finir un exercice sur la réussite en révisant ses critères de performance.

  • Ne pas placer le chien dans l'inconfort : (foule, bruits, chaleur, congénères non socialisés ou toute situation non habituée). Observez ces signaux de stress ou d'apaisement.

  • Ne pas le mettre sous la tentation (une poubelle facilement accessible en notre absence).

  • Ne jamais sanctionner  le chien sur une bêtise découverte plus tard. Sinon le chien n'associe pas la correction à la bêtise mais à ce qu'il est en train de faire.